Communiqué : L'assos'thau Mate‎ contre la fermeture des anartistes

Publié le 12 Avril 2014

Cet après-midi, nous avons rencontré Jacques Huc, maire de Roujan, pour éclaircir les raisons des visites répétées des gendarmes et leur injonction (orale!) de fermeture immédiate. Le maire était totalement surpris de toute cette histoire et ignorant des faits (il n'a pas plus reçu de document officiel que nous). Du coup, le procédé l'a passablement agacé (il a « pris un coup de massue »). Pour lui, il n'existe aucune raison légale de fermeture et il approuve clairement notre réouverture en toute sérénité.


Il est totalement favorable à notre activité d'une manière générale et son soutien au nom de l'ensemble du Conseil Municipal vient s'ajouter à tous les vôtres (Artistes, public, amis d'ici et d'ailleurs). Cela nous fait chaud au cœur et nous rappelle que nous nous battons pour des valeurs justes et partagées par beaucoup. Donc on ne lâche rien ! Pour précision sur les faits qui ont conduit à cette situation : Il nous a été remis le 17 février dernier par le délégué du Procureur de la République un rappel à la loi avec mesure de régularisation au sujet d'une licence 1 absente (licence d'exploitant de lieu de spectacle, nous sommes déjà titulaires des licences 2 et 3 de producteur et diffuseur de spectacle). Ce rappel à la loi ne comporte aucun délai de régularisation et n'exige aucune fermeture immédiate (le point de litige est en cours de traitement auprès de la DRAC dont la commission d'attribution des licences se réunira le 3 juin prochain). De plus il semble qu'il y ait confusion (!) dans l'esprit du délégué du Procureur avec les licences de débit de boisson qui ne s'appliquent pas à notre association « loi 1901 qui est donc à but non lucratif et dont la gestion est désintéressée . L'intervention des gendarmes semble aller dans le sens du délégué du Procureur. Le fonctionnement et l'objectif de l'association semble leur échapper.


Donc pour que ce soit clair pour tout le monde, « les Anartistes » sont un lieu culturel géré par une association « loi 1901 » qui a pour objet de rendre la culture accessible et de la stimuler auprès d'un maximum en faisant de l'argent une question secondaire dans un monde de l'ultra-monétaire. La culture est bien commun (comme préconisé par le programme du Conseil National de la Résistance) et donc elle ne peut vivre qu'en étant partagée par tous. Elle est une fête qu'on peut déjà vivre et partager en tout lieu. N'en déplaise à certains, les Anartistes ne sont pas un obscure groupuscule crypto-ultra-gauchiste mais une autre manière d'envisager les relations humaines au travers de la culture, une vision qui malheureusement peut paraître radicale pour beaucoup aujourd'hui. Pour nous elle est essentielle.

Publié dans #Presse locale

Repost 0